Karine N’guyen Van Tham a « la fibre en elle ». C’est le mot juste qu’elle utilise pour définir son amour inconditionnel du textile. Passée par les Beaux-arts de Marseille, en design d’espace, elle suit ensuite une formation en Tapisserie d’ameublement. CAP en poche, elle fait ses armes en 2013 en créant ses propres lignes de linge de maison, avant de se décider, en 2017, à concevoir ses propres textiles. Aujourd’hui, dans le claquement des lisses de son métier à tisser japonais Saori elle réalise des œuvres textiles murales pensées comme des héritages.

Ses œuvres textiles murales, vues comme des étoffes magiques ne se portent pas mais se suspendent, s’exposent.

Comme une sortie du temps, chaque pièce suspendue ou en lévitation est cristallisée dans nos espaces contemporains pour nous livrer son histoire.
Vestiges d'un autre temps, elles deviennent support d'âme à effleurer, à côtoyer de prés ou de loin.

Seconde peau sacrée d’une créature souterraine, d’un passeur d’âmes ou encore d’un grand guerrier solitaire, chaque pièce est celle d’un être à part. Un être imaginé et raconté par Karine elle-même, entre mythologie personnelle et personnages oniriques.

C’est en créant le vêtement, la seconde peau de ses personnages que Karine leur redonne vie, ici bas. 
Véritables âmes textiles, ils deviennent visibles, ouvrent une brèche sur notre réalité et nous donnent à voir ce que nos yeux ne peuvent percevoir ; Un monde frontalier, mystique, précieux, ou les êtres qui y œuvrent en silence font parfois surface.

Karine ne créer pas de simples vêtements. Elle tisse, à travers chaque pièce, des liens, des ponts entre le visible et l’invisible, le réel et l’onirique.

Tissage artisanal, fibres végétales, soie, teinture à base de plantes tinctoriales et écailles naturelles de pommes de pin ; Chaque pièce, unique et précieuse est intimement liée à la nature, nous rapprochant un peu plus de la terre et nous emportant vers d’autres sphères.

         " Le vêtement est pour moi un élément indissociable de l'être, il se façonne à nous pour devenir notre seconde peau. Un support d’âme à investir ou à ne jamais quitter.
 Je vois dans le vêtement une preuve indéfectible de l’existence d’un être le rendant d’une certaine façon immortel. C’est une trace qui perdure au fil des décennies, des siècles. "

Prix_ 

- Lauréate du concours régional Ateliers d'Art de France 2017 avec son oeuvre "Cérémonie Lunaire" - Prix création - Région Bretagne

Expositions_

- Salon Maison et Objet avec Ateliers d'Art de France - 08 au 12 Septembre 2017 - Paris

- L'Atelier, d'Ateliers d'Art de France - 20 Septembre au 29 Octobre 2017 - Paris

- Exposition personnelle à la galerie d'art "La COUR des métiers d'art" de Pont-scorff - Du 1er Août au 20 Octobre 2019 - Pont-scorff, Morbihan

- Exposition "Parures" - Musée de la manufacture de Roubaix - Du 06 Septembre au 08 Octobre 2019 - Roubaix